Collectif du 21 octobre

Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Ailleurs en France et dans le monde /A Londres, à Lyon, la répression a le même visage

A Londres, à Lyon, la répression a le même visage

18/12/2010 - Lu 40341 fois
La libre circulation des techniques de répression

Le 22 novembre 2010, à propos de la répression des étudiants anglais, on peut lire sur le world socialist website :
« Mercredi a marqué le retour à la stratégie à présent connue du « kettling » qui avait été fortement critiquée l’année dernière lors des protestations contre le G20. Le kettling est un dispositif de maintien de l’ordre par lequel la police encercle et enferme des heures durant dans un espace restreint des milliers de manifestants sans qu’ils aient accès à de la nourriture, des boissons ou des toilettes. Ceci correspond à un emprisonnement forcé des manifestants hors procédure légale. Lors des protestations contre le G20 et suite à ce type d’action, Ian Tomlinson, un vendeur de journaux rentrant chez lui après le travail, avait été tué suite à la brutalité policière. »

Et sur le site de Union et Solidarité des Français de Grande-Bretagne, Marie-Claire Sparrow, Conseillère de l'AFE, Chevalier de la Légion d'Honneur, Chevalier de l'Ordre du Mérite, et peu susceptible de tendresse pour la rébellion allume, elle aussi, le « kettling ».

Cette technique (la bouilloire en anglais) remonte à 1999 lors de manifs anti-OMC à Londres.

Selon l'article de Wikipedia un appel aurait été porté devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme après que toutes les juridiction nationales se soient abstenues de condamner cette pratique... A suivre.

L'origine du nom "kettling" est contestée. Les flics britanniques disent que la tactique permet de faire baisser la pression lors d'une situation potentiellement violente et dangereuse (sic).
Les manifestants disent qu'on vous encercle et qu'on fait monter la pression jusqu'à ce que les personnes cernées "bouillent" de rage.

C’est très exactement cette technique que le préfet du Rhône, en octobre, a utilisé à Bellecour. La différence c'est que la presse nationale britannique s'est saisie de l'événement tandis que la presse lyonnaise et française préfèrent nous tartiner des pages sur les "casseurs" :

- The Independent (le mal nommé, en fait très souvent la voix du libéralisme, the Guardian où l'on voit que, comme place Bellecour, les adultes ont été délibérément écartés des lieux.
- The New Statesman

Mais bon, faut pouvoir lire l'anglais ! Si des traducteur-trice-s sont volontaires...

D'autres documents sur la question :
- Discussion de cette tactique par la BBC à l'occasion du G20 en 2009, avec la stratégie des Wombles pour sortir de la bouilloire
- Conférence de presse sur la bouilloire du 24 ?

Voir le site de National Campaign Against Cuts

Là aussi, faut parler anglais...

Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | additious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |