Collectif du 21 octobre

Vous êtes ici >> Accueil/les brèves/Edito/La FCPE associée à la plainte

La FCPE associée à la plainte

16/04/2011 - Lu 31540 fois

Pourquoi la FCPE s'est-elle jointe à la plainte déposée par le collectif du 21 octobre ?

Nous ne reviendrons pas sur les événements du jeudi21 octobre 2010 qui ont vu des centaines de jeunes manifestants ou de simples passants être retenus place Bellecour par un dispositif policier sans précédent dans ce qui s’apparente à une garde à vue en plein air.  

 

Une lettre a été adressée au Procureur de la République pour lui demander d’enquêter sur cette atteinte aux libertés individuelles et à la liberté de manifester, alors qu’aucune action susceptible d’entraîner un désordre public n’était constatée. La FCPE du Rhône a été signataire de cette lettre aux côtés de nombreuses organisations  démocratiques.

Elle s’est associée également à la plainte qui a été déposée courant janvier par ces mêmes organisations.

La FCPE milite pour une école juste pour tous, pour une école qui favorise l’épanouissement de chaque enfant, pour une école qui transmette les savoirs, mais aussi qui sache former des citoyens. Dans cette formation civique, les parents ont, bien sûr, une responsabilité primordiale. Et c’est pourquoi ils ne laisseront pas sans réagir dévoyer l’image d’elle même que la République doit donner à leurs enfants. Une répression policière injustifiée, une sévérité judiciaire incompréhensible ne peuvent qu’accroître la défiance des jeunes vis à vis de nos institutions.

On a assisté à Lyon dans ces journées d’octobre où les lycéens sont entrés dans l’action  et ont participé à ce fort mouvement social en faveur des retraites, à certains épisodes violents qui  ont permis de justifier la répression. L ‘action de « casseurs » a été mis en avant pour dissuader les jeunes de participer au mouvement.  Les Parents ont été stigmatisés : Ils auraient du surveiller les faits et gestes de leurs enfants et leur interdire de manifester.

Sur le rôle des « casseurs » il  y a deux choses à dire : Quand une jeunesse est reléguée dans des ghettos, sans avenir et sans perspective, soumise aux interpellations quotidiennes des policiers, il ne faut peut-être pas s’étonner qu’elle devienne parfois violente et qu’elle ait envie de s’en prendre aux symboles d’une société de richesse. Et puis il y a aussi les diverses manipulations. Les policiers déguisés, les faux casseurs ou les vrais, utilisés pour discréditer un mouvement populaire.

Nous savons cela et c’est pourquoi la FCPE, dès les premières manifestations lycéennes, a publié un communiqué mettant en garde les élèves mineurs contre les violences prévisibles et  demandant aux responsables d’établissement de favoriser au sein des lycées des espaces de discussion, la tenue d’AG etc… Nous avons également demandé aux parents d’être présents à la porte des lycées dans la mesure du possible, pour éviter les provocations.

La FCPE est très sensible à tout ce qui peut favoriser l’éducation à la citoyenneté. C’est pourquoi, nous estimons que nos enfants peuvent participer aux actions et mouvements populaires, doivent en discuter entre eux et avec les adultes, peuvent aussi se donner des formes d’organisation qui leur sont propres.

De la même façon, nous sommes sensibles à toutes les atteintes aux libertés. Dès que nous avons su ce qui se passait Place Bellecour ce jeudi là, nous sommes intervenus auprès des élus pour leur signifier que la ville appartenait à tout le monde, que le droit d’y circuler ne devait pas être remis en cause, et qu’en interdire l’accès alors que tout était calme, qu’aucune dégradation n’avait lieu était un abus de pouvoir.

Enfin, quelle image de la Fraternité  la République a-t-elle donnée en triant les « bons » manifestants des « mauvais » selon leur origine supposée….Quel exemple de civisme donné à nos enfants !

Nous voulons bien nous interroger sur la violence à l’Ecole, sur les actes d’incivisme, sur les conduites sectaires, mais la République ne doit pas donner l’exemple de la répression aveugle et des actes racistes.

La FCPE est une fédération au service des parents, mais son objet  dépasse de loin ces intérêts corporatistes : Elle participe pleinement à la communauté éducative et considère que l’Ecole est le creuset de l’apprentissage de la démocratie. Dans ses statuts figurent la lutte contre le racisme, l’exclusion, les discriminations et toutes les formes de violence contre les mineurs.

C’est la raison pour laquelle elle s’est associée au dépôt de plainte et qu’elle exposera lors de son congrès du 14 avril dans les salons de la Ville de Lyon l’exposition de photos témoignages réalisée par le collectif du 21 octobre.

Yves Bleton, délégué départemental de la FCPE

 

Partager cette brève wikio : Partager cette brève | digg : Partager cette brève | del.icio.us : Partager cette brève | facebook : Partager cette brève | scoopeo : Partager cette brève | blogmarks : Partager cette brève | additious : Partager cette brève |
Partager les dernières brèves Netvibes : Partager les dernières brèves | iGoogle : Partager les dernières brèves | My Yahoo : Partager les dernières brèves | wikio : Partager les dernières brèves | RSS : Partager les dernières brèves |
brève précédente : Plainte : la 2ème phase est engagée !brève suivante : Le keufs se lâchent !