Collectif du 21 octobre

Vous êtes ici >> Accueil/les brèves/Edito

Edito

page 1/3 | Page suivante »

Depuis octobre 2010, première garde à vue de masse dans l’espace public, d’autres ont suivi.

Analyses , actions / réactions: les interventions et textes de ce 6ème anniversaire dans le lien ci -dessous:

www.collectif21octobre.fr/dossiers/dossier.php

 

2010-2016 : les stratégies policières d'enfermement se systématisent. La répression D’État se banalise.
Le Collectif du 21 octobre fait le point sur son action depuis 5 ans:

Télécharger l'article du Collectif

Le Collectif 21 Octobre lance un appel pour recueillir des images (photos,
vidéos) et des témoignages concernant les événements qui se sont déroulés
PLACE BELLECOUR le jeudi 21 octobre 2010.

5 ans après, nous  sommes aussi intéressés par vos impressions liées à cette journée.

Ecrivez-nous à l'adresse du Collectif 21 octobre : collectif21octobre@gmail.fr

ou en utilisant le formulaire de contact dans le bandeau ci-dessus

 

"Enfermés dehors place Bellecour à Lyon le 21 octobre 2010"

 


 

 

Les intervenants :

- Anne et Emmanuelle (membres du collectif) retracent l’historique du collectif 21 octobre  et ses différentes actions depuis sa création : l'intervention d'introduction

- Checchino Antonini journaliste militant italien, intervient sur la répression à GENES en 2001 et ses répercussions (interprétation simultanée de l’italien pendant la soirée par François). Le texte transmis par Checchino : en italien ou en français (traduction collective)

- Bertrand Sayn (avocat du collectif 21 octobre) nous informe sur l’évolution de l’instruction judiciaire en cours

 

Projection du film DIAZ : UN CRIME D’ETAT (de Danièle Vicari)                                 

Discussion : Après le choc des images, ce film aura permis un débat constructif autour de plusieurs points :

Ø    la répression policière brutale pour « casser » un mouvement social devenant « explosif » pour les Etats (ex ; mouvement altermondialiste à Gênes, les no TAV dans le val de Suse.)                                         

Ø    les techniques de répression préventive (encerclement comme à Lyon, au Québec et ailleurs… )

Ø   le rôle capital joué par la plus grande partie des médias pour justifier cette répression (ex. : Black Blocs à Gênes, "casseurs" à Lyon) : Chauvin Catherine, Chasson Pascal, Prouesses de la presse locale : "casseurs" de Lyon et divison sécuritaire, ACRIMED (Observatoire des émdias et Action, Critique, Médias), 22-11-2010 : http://www.acrimed.org/article3486.html

 

Références bibiographiques

RÉPRESSION POLICIÈRE SUR LE RASSEMBLEMENT CONTRE LE PROJET LYON-TURIN

Hier, lundi 3 décembre 2012, devant la gare des Brotteaux, se rassemblaient orgas et collectif contre le projet inutile de la ligne de train à grande vitesse reliant Lyon-Turin.
Venus de France et d'Italie, tous venaient dire leur refus à l'occasion du Sommet Hollande - Monti qui se déroulait à Lyon, Sommet qui devait ratifier les budgets de ce projet coûteux et destructeur .
Ce rassemblement autorisé a été littéralement encerclé par des forces de police démesurées puis enfermé pendant plus cinq heures, harcelé, agressé et gazé par des bataillons de CRS, survolé par un hélicoptère de midi à 20H30 sans interruption.


Alors qu'une action en justice est actuellement en cours d'instruction pour dénoncer les abus liberticides de la journée du 21 octobre 2010, les forces de police sous les ordres du préfet et du ministre de l'intérieur M.Valls, ont renouvelé ce même dispositif, que nous connaissons sous le nom de "kettling".
Cette méthode de répression préventive, rappelons le, est utilisée largement depuis plusieurs années à travers le monde pour étouffer les mouvements sociaux, effrayer les populations et les remonter contre des groupes militants désignés comme fauteurs de troubles et criminaliser les manifestants.


Le Collectif du 21 octobre présent ce jour là, dénonce cette répression, appelle à une réponse large et déterminée contre cette banalisation de méthodes policières liberticides et illégales.
Le Collectif soutient les manifestants arrêtés pendant ce rassemblement transformé en souricière, et encourage ceux qui le souhaitent et en particulier ceux qui ont été victimes de violence à porter plainte contre les services de l'Etat pour « entrave aux libertés de circulation et de manifestation » et à témoigner par écrit de ce qu'ils ont vu et subi.
Ces plaintes pouvant venir ajouter des éléments importants à l'instruction en cours.


Le Collectif souligne le travail important de suivi et de soutien aux manifestants effectué par la Caisse de solidarité, il souligne le calme, la solidarité et l'intelligence des manifestants face à cette répression infondée et illégale, il remercie la brasserie située sur la place, qui a  refusé de fermer ses portes comme lui avait conseillé la police et à accueilli sans condition les manifestants par ce grand froid pendant toute la durée de cet enfermement.


Le Collectif du 21 octobre appelle l'ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives ainsi que tous les individus qui refusent cette volonté de l'Etat de domestiquer la rue protestataire, à se mobiliser largement.

 

Article sur le site de Rebellyon

page 1/3 | Page suivante »